american horror story saison 3 logo

Bitchcraft (Season Premiere)

étoile de notation 3

But the minotaure was always my favorite. Half man, half bull. And now, I have one on my very own. Delphine Lalaurie


american horror story 3x01 fionaamerican horror story 3x01 zoe kyle

Pour sa troisième histoire d’épouvante, centrée cette fois ci sur les sorcières à la Nouvelle Orléans, et après l’avoir complètement snobé pour ses deux première saisons, que je visionnerai peut être un jour si l’envie me vient,  j’ai enfin décidé de me mettre à regarder American Horror Story. Oui, et j’ai bien l’intention de rester jusqu’au bout (à l’inverse de la première saison). Il faut d’ailleurs croire qu’il y a deux choses à la mode en ce moment, la Nouvelle Orléans : où beaucoup de série y centrent leur action, comme par exemple les vampires originaux de Julie Plec ou l’inévitable Treme, et les sorcières : faisant leur come-back ces temps-ci, avec tout d’abord le possible reboot de Charmed et les séries annoncées pour 2014. Mais que voulez-vous, l’overdose finira par arriver à un moment donné. Bref, revenons à American Horror Story. J’avais peur en lançant Bitchcraft de m’ennuyer ferme devant des sorcières apprenant à dompter leur pouvoir en faisant face à des méchants, finalement j’ai été agréablement surpris. L’aspect teen show est frappant, mais très fun. Ça faisait bien longtemps que je n’avais pas vu quelque chose sur les adolescents d’aussi trash, et non les Gossip Girl de CW n’avaient absolument rien de choquant et de « dirty » comme le vendait la chaîne il y a quelques années (et je sais de quoi je parle puisque j’avais suivi la série jusqu’en saison 5, je l’assume, mais la fin de saison m’avait fait tout lâché pour de bon). Ryan Murphy et sa bande n’y vont pas de main morte, entre viol collectif, revanche sanglante, et une histoire d’amour typique et impossible complètement détruite quelques minutes plus tard. Ah c’est sûr qu’on n’aurait jamais vu ça sur CW ou ABC Family (même si quelques tabous sont détruits). Taissa Farmiga, la sœur de Vera Farmiga, se débrouille pas mal dans son rôle de Zoe qui semble désignée pour être l’héroïne de la saison, même si premièrement, elle reste un peu ancrée dans le type de jeune vierge effarouche, et son pouvoir directement lié au premier reproche, celui de rester vierge puisque son vagin tue tous les hommes qui aiment s’y pénétrer. Le ridicule ne tue pas dit-on. Emma Roberts en revanche est super bonne au jeu de la starlette un peu garce sur les bords et surtout un peu trop conne. Gabourey Sibide et Jamie Brewer sont aussi de la partie dans le rôle de sorcières apprenties sur lesquels la série ne concentrera un peu plus tard.

Mais l’honneur vient aux plus grandes. Bien entendu Jessica Lange, occupant pour la troisième fois le premier rôle d’une saison, est excellente. Son rôle de femme cherchant absolument la jeunesse a certes été vu mille et une fois dans les séries, les films et à la télévision, mais le jeu de l’actrice surplombe le tout. Son taux de bitch est aussi un bel ajout. Je ne peux comparer avec les prestations de Jessica Lange des saisons dernières ne les ayant pas toutes vues, mais soit disant qu’elle a été formidable la saison dernière (elle avait été nommé aux Emmy Award me semble-t-il). Espérons que cela soit le cas cette saison aussi ! Petit bémol concernant sa fille, Cordelia qui s’occupe de cette école en l’absence de sa mère. Trop fade, trop gentille, j’espère qu’elle se peaufinera avec le temps.  On retrouve également dans cet épisode Kathy Bates. Juste parfaite dans son rôle de bourgeoise raciste et esclavagiste des années 1800. L’ouverture de l’épisode, glauque à souhait et terrifiante de cruauté nous laisse espérer le meilleur pour la suite. Delphine Lalaurie (prénom qu’elle prononce divinement bien d’ailleurs) risque de créer pas mal de casse par la suite. La scène du Minotaure restera comme un moment fort de la saison, sans aucun doute. On retrouve aussi Angela Bassett en ennemie de Delphine Lalaurie qui aura forcément un rôle à jouer pour la suite. La petite apparition de Frances Conroy en début d’épisode était bien sympathique, hâte de la retrouver. Et je tiens également à féliciter Alfonso Gomez-Rejon pour cette réalisation absolument divine et fantastique. Le générique lui aussi est une œuvre d’art à lui tout seul. Pour ne pas changer d’ailleurs (car oui, je ne regardais que les génériques d’American Horror Story avant).

Ce premier épisode de la troisième saison d’American Horror Story est très réussi sur la forme, mais sur le fond, on se heurte à un vide scénaristique. Quoi qu’il en soit, l’impression de fun dégagée n’est pas absente, et cette troisième saison m’accueille à bras ouvert.

 

american horror story 3x01 madison zoeamerican horror story 3x01 delphine


Visuel FX