ravenswood pilot

Pilot - 2 120 000 tlsp - Taux 18/49 (%) : 0,9

Ravenswood, située à quelques lieues de Rosewood, est une petite bourgade maudite depuis des générations par une malédiction sanglante. Cinq adolescents ne vont pas tarder à découvrir la façon dont leurs vies sont liées et les plans que la ville leur réserve. Il leut faut déterrer les secrets du passé avant que la mort ne frappe une nouvelle fois.

étoile de notation 1

 College girls can be very unstructured. Mrs Grunwald


A l’annonce de la commande de Ravenswood il y a quelques mois, j’étais resté assez neutre. On ne savait presque rien à l’époque sur la série, et sur quoi elle allait comporter réellement. Les courts teasers, reprenant des images de Pretty Little Liars ne nous laissait absolument rien présager. En clair, je n’en avais pas grand-chose à faire. Plus tard, dans la quatrième saison de la série mère, lorsque Spencer et Toby s’était rendu dans la ville même pour enquêter, le rendu m’avait plu (hormis le filtre noir-gris assez hideux). L’apparition d’un côté surnaturel de la série avait un petit quelque chose d’excitant et d’inédit (au milieu d’un début de saison lamentable). Une ambiance Hitchcockienne se faisait déjà grandement sentir. Quelques épisodes plus tard, toujours dans la quatrième saison, mais pour le summer finale cette fois, la visite à Ravenswood n’avait été qu’une excuse pour amener Caleb et le transiter dans sa série dérivée alors que le théâtre d’évènements beaucoup plus important se déroulaient. L’épisode d’Halloween, le suivant, s’était donné pour mission d’introduire son histoire et sa rencontre avec Miranda, la jolie fille qui venait elle aussi en ville. Le pilot de Ravenswood reprend à l’instant même où Pretty Little Liars nous avait quitté lors de son épisode d’Halloween. Il faut tout d’abord avouer que les scénaristes ont fait du bon boulot pour intégrer la série dérivée dans l’histoire, et que cela n’a pas été trop brute et rapide. Cependant, le résultat est loin d’être la hauteur. Je ne sais pas ce qui ne va pas avec Ravenswood, mais quelque chose cloche. L’ennui suscité peut être ? On sait Pretty Little Liars assez douée dans ce domaine-là, surtout dans les deux dernières saisons, et Ravenswood en garde des caractères héréditaires. Il n’est pas insurmontable, mais il est quand même présent alors que l’on est à l’épisode pilot. Celui de Pretty Little Liars, j’en reviens toujours à elle malgré tout car les comparaisons sont inévitables, était vachement plus fun (il n’en reste pas qu’il était très facile par moments, et mal écrit aussi). On peut donc s’inquiéter du sort de la série sur le long terme. Les personnages principaux de la série, hormis Caleb et Miranda, n’ont aucune once de charisme. Le frère et la sœur le sont comme un panneau de circulation, et la petite amie du frère, n’est pas très intéressante non plus. Au milieu de tout ça, Miranda et Caleb passerait pour Walter White et Patty Hewes alors que Caleb est (très)  loin d’être un personnage fort. La relation entre les deux me plait bien finalement, et c’est assez mignon à regarder. Reste Mrs Grunwald. Tout dans cette femme est effrayant, et sa voix enfonce le tout. Elle sied parfaitement à la série pour lui donner un petit côté horreur.

Car oui, Ravenswood c’est un peu des histoires familiales compliquées avec des romances sur fond d’horreur. Le genre est omniprésent tout le long. Marlène King s’est lâchée sur les effets de style et jump scare pour ce pilot. La dernière scène sur le pont possède une certaine efficacité – peut être un peu à cause de la musique -, même si ce n’est surement pas ça qui ne fera pas dormir le soir. Ce fantôme de femme zombie, un classique des films d’horreur, est certes une facilité mais aussi une surprise, puisque je ne m’attendais pas à voir apparaitre ce genre de monstre sur une série d’ABC Family et plus particulièrement dans une série. Car à part American Horror Story, Penny Dreadful prochainement et quelques autres, l’horreur est un genre très peu présent dans les séries en général. La tendance est néanmoins en train de s’inverser. Pour finir, je tenais à parler de la plus grande réussite de Ravenswood à ce stade, son ambiance. Il a été impossible pour moi de ne pas penser à Hitchcock tout au long de ce pilot. On savait Marlène King fan de son travail, comme l’illustre le meilleur épisode de la série à ce jour : le final de la saison 2 (épisode de Pretty Little Liars que j’ai dû des dizaines de fois tellement le suspense sur la révélation de A avait été fort et que j’ai passé tout l’épisode en extase, concluant une montée en tension sur toute la saison et l’aboutissement d’un travail assez remarquable pour un teen show). Ravenswood transpire de son essence, une petite ville tranquille aux évènements étranges et écartée du monde. On avait déjà remarqué le clin d’œil à The Birds dans l’épisode 6, et je suis sûr que les scénaristes s’amuseront à en rependre tout le long de la première saison. Malheureusement ce sera sans moi, car les quelques qualités de la série n’ont pas su effacer les gros défauts de Ravenswood.

Je ne vois quel intérêt a pu trouver l’équipe scénaristique pour créer Ravenswood, car la série dérivée est complètement déconnectée de la série mère. Une histoire d’argent pour la chaine peut être ? Quoi qu’il en soit, le pilot de Ravenswood rassemble un quotient d’ennui doublé de personnages peu charismatiques malgré quelques bonnes idées. Seule l’ambiance aura réussi à se démarquer de tout cela. Dommage.


Visuel ABC Family